Campagnes

Campagne contre le monopole d’Aramark (2012-2013)

Résultat:

La clause d’exclusivité d’Aramark est supprimée du contrat lors du renouvèlement.
Félicitations à l’ensemble des étudiants qui ont participé à cette campagne!

Objectif:

L’objectif de la campagne contre l’exclusivité de la compagnie alimentaire Aramark était simple: briser l’exclusivité pour permettre une saine compétition en ce qui a trait aux services alimentaires offerts au Cégep de Jonquière, mais surtout pour permettre le développement du Café chez Ginette.

L’AGEECJ a décidé de se battre contre l’exclusivité d’Aramark dans l’année 2012-2013 parce que nous savions que le contrat liant le Cégep et le concessionnaire alimentaire venait à échéance au printemps 2013. Ainsi, en faisant pression sur Aramark ainsi que sur l’administration du Cégep, nous avions des chances de gagner ce combat qui dure depuis déjà quelques années.

Moyens utilisés:

  • Café à faible cout offert au Café chez Ginette depuis 2008;
  • Boycotts de la cafétéria et offres d’une alternative gratuite fournie par l’Association étudiante en 2012 et 2013;
  • Campagne de sensibilisation auprès des étudiants du Cégep;
  • Campagne d’affichage;
  • Pourparlers avec la direction des affaires étudiantes.

Retombées médiatiques:

Un boycott d’Aramark réussi – Class Radio (12 mars 2013)
Repas gratuit pour les étudiants – Journal de Québec (12 mars 2013)
L’association étudiante veut lancer son propre café – TVA Nouvelles (12 mars 2013)
Non à l’exclusivité – Journal de Québec (18 février 2013)

Campagne pour le maintien de l’exclusivité d’Art et technologie des médias (2013)

Résultat:

Rencontre des acteurs du Cégep avec le ministre de l’Éducation, Pierre Duchesne, qui a accueilli favorablement les demandes du Cégep de Jonquière.
En attente du non-renouvèlement de l’attribution du programme de Techniques de postproduction télévisuelle au Collège André-Grasset.

Objectif:

Cette campagne menée avec le Cégep de Jonquière, les syndicats du collège et la Fédération des cégeps avait pour but de maintenir l’exclusivité des programmes d’Art et technologie des médias (ATM) au Cégep de Jonquière. C’est que le Collège privé André-Grasset a pu créer son propre programme de Techniques de postproduction télévisuelle à la suite d’une entente signée en catimini avec l’ex-ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne.

Avec cette campagne, les défenseurs de l’exclusivité d’ATM veulent protéger l’ensemble des exclusivités qu’ont les divers campus collégiaux au Québec. Il faut que la loi encadrant les collèges privés change pour qu’elle respecte les exclusivités accordées aux cégeps du Québec, comme la loi encadrant les collèges publics.

Le conseil de programme des étudiants en ATM a produit une vidéo pour promouvoir cette campagne:

Communiqué:

L’exclusivité d’ATM, un tremplin pour le développement de la région – LBR (16 janvier 2013)

Campagne contre la hausse des frais de scolarité (2011-2012)

Résultats:

  • Gel des frais de scolarité puis, malheureusement, une indexation;
  • Faible amélioration de l’aide financière aux études (AFE);
  • Démission de Line Beauchamp;
  • Défaite de Jean Charest dans Sherbrooke, ainsi que du Parti libéral du Québec aux élections de 2012;
  • Un Sommet sur l’enseignement supérieur, qui s’est avéré être un exercice de relations publiques raté;
  • La désaffiliation de l’AGEECJ à la FECQ, à la suite de la réaction de la Fédération au Sommet.

Objectif et déroulement:

La campagne contre la hausse des frais de scolarité a été menée par l’ensemble des étudiants du Québec dès le dépôt du budget Bachand en 2011. Elle s’inscrit dans une lutte contre ce budget anti-social déposé par le gouvernement libéral de Jean Charest.

Dès l’automne 2011, la campagne s’est précisée et s’est principalement attaquée à la hausse de 1625$ des frais de scolarité. C’était 75% de hausse en 5 ans! Les étudiants du Cégep de Jonquière prennent part à la mobilisation, notamment en participant aux manifestations régionales et nationales. Des autobus remplis de militants de Jonquière sont envoyées à Montréal entre autres lors des manifestations du 10 novembre 2011, du 22 mars 2012 ainsi que du 21 avril 2012. La mobilisation s’est traduite par une importante grève étudiante à laquelle l’AGEECJ s’est jointe sporadiquement, pour un total d’environ deux semaines.

À la suite des négociations s’étant terminées le 5 mai 2012, desquelles les libéraux sortent en disant qu’ils ont gagné sur toute la ligne, l’AGEECJ s’est opposée à l’entente de principe conclue entre les représentants étudiants nationaux et le gouvernement.

Alors que le conflit s’intensifiait avec le gouvernement et que le carré rouge était arboré par plusieurs, Jean Charest avec la nouvelle ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, ont déposé une loi honteuse sous bâillon: le projet de loi 78, devenu la loi 12. Elle limitait abusivement les droits d’association, de manifestation et d’expression.

En réaction à cette mesure autoritaire, des manifestations de soir ont eu lieu tout l’été partout au Québec. À Saguenay, elles avaient lieu hebdomadairement: une semaine à Chicoutimi et la semaine suivante à Jonquière. Dans ces manifestations, plusieurs membres de l’AGEECJ étaient présents.

La campagne s’est terminée à la suite de l’élection d’un gouvernement du Parti québécois en septembre 2012 qui a promis l’abrogation de la loi 12 (projet de loi 78) et l’annulation de la hausse des frais de scolarité en la remplaçant par un gel. La première promesse a été tenue intégralement alors que la seconde l’a été à moitié: le gel a été remplacé par une indexation. Ainsi, la lutte pour une éducation plus accessible et l’instauration progressive de la gratuité scolaire n’est pas terminée.

Moyens utilisés:

  • Organisation de manifestations régionales;
  • Participation à des manifestations régionales et nationales;
  • Occupation des bureaux du ministère de l’Éducation à Jonquière;
  • Grèves sporadiques pour un total d’environ deux semaines;
  • Kermesse contre la hausse;
  • Sorties médiatiques.

Nos comités